Navigation


Confidences

Pour qu'une œuvre s'imprime dans le temps, certains maîtres italiens, anciens, modernes, murmurent l'importance du fond. Il devrait avoir cette texture, cette matière spécifique, propre à celle d'un mur. Une profondeur naît dans le façonnement, la durée, l'érosion, dans la juxtaposition des apports et des touches du différent caractère des saisons. Kandinsky, Klee, Picasso, Pollock, De Staël, Mirõ... et d'autres aussi, ont peut-être flâné dans cette abstraction. Même sur une toile, une fresque se dessine, bien avant qu'une peinture ne se révèle et s'offre aux regards. Comme toute écriture, elle se fait dans le silence, la discrétion, l'oubli d'elle-même. Une solitude n'omet pourtant jamais d'écouter le monde. Et quand enfin elle se dévoile, elle ne parle surtout pas trop fort. Pour être entendue, elle nous chuchote juste ses confidences.



Page précédente : Rêves de Mer
Page suivante : IMPRESSIONS